Emily Dickinson, a quiet passion

Text Resize

-A +A

Emily Dickinson CYNTHIA NIXON • Lavinia Dickinson JENNIFER EHLE • Susan Gilbert JODHI MAY • Miss Vryling Buffam CATHERINE BAILEY • La jeune Emily Dickinson EMMA BELL • Austin Dickinson DUNCAN DUFF • Edward Dickinson KEITH CARRADINE • Emily Norcross Dickinson JOANNA BACON

Réalisation et scénario TERENCE DAVIES • Producteurs ROY BOULTER, SOL PAPADOPOULOS • Co-producteurs PETER DE MAEGD, TOM HAMEEUW • Chef opérateur FLORIAN HOFFMEISTER B.S.C. • Décors MERIJN SEP • Montage PIA DI CIALUA • Musique IAN NEIL • Costumes CATHERINE MARCHAND

 

Terence Davies

2017 EMILY DICKINSON, A QUIET PASSION
2016 SUNSET SONG
2013 MOTHER OF SORROWS
2012 THE DEEP BLUE
2009 MAD ABOUT THE BOY
2009 OF TIME AND THE CITY
2001 CHEZ LES HEUREUX DU MONDE
1995 LA BIBLE DE NÉON
1992 THE LONG DAY CLOSES
1988 DISTANT VOICES, STILL LIVES
1984 THE TERENCE DAVIES TRILOGY
1983 DEATH AND TRANSFIGURATION (court-métrage)
1980 MADONNA AND CHILD (moyen-métrage)
1976 CHILDREN (moyen-métrage)

Emily Dickinson, a quiet passion

Terence Davies
Distribution :: 
Date de sortie :: 
03/05/2017
Royaume-Uni/Belgique - 2h04 – Scope - Dolby 5.1

Nouvelle-Angleterre, XIXè siècle. Dans son pensionnat de jeunes filles de bonne famille, la jeune Emily Dickinson ne cesse de se rebeller contre les discours évangéliques qui y sont professés. Son père se voit contraint de la ramener au domicile familial, pour le plus grand bonheur de sa sœur Vinnie et de son frère Austin. Passionnée de poésie, Emily écrit nuit et jour dans l’espoir d’être publiée.
Les années passent, Emily poursuit sa recherche de la quintessence poétique. La rencontre avec une jeune mondaine indépendante et réfractaire aux conventions sociales ravive sa rébellion. Dès lors, elle n’hésite plus à s’opposer à quiconque voudrait lui dicter sa conduite.
Personnage mystérieux devenu mythique, Emily Dickinson est considérée comme l’un des plus grands poètes américains.

« Emily Dickinson n’a été reconnue qu’à titre posthume et je trouve cela
profondément injuste. Je me demande toujours comment les grands artistes
supportent cet état de fait. En tout cas, elle mérite d’être célébrée à jamais. »

Terence Davies


 


Emily Dickinson

Emily Dickinson est née à Amherst dans le Massachusetts. Elle est la fille d’Edward Dickinson, avocat et homme politique, et d’Emily Norcross Dickinson et la soeur de Lavinia surnommée Vinnie et d’Austin.
Elle n’a jamais supporté de se retrouver loin de chez elle ou de sa famille et elle passa la plus grande partie de sa vie adulte chez ses parents, à Amherst. Pour Emily, la famille était son univers et l’univers, sa famille. Cette famille était intensément proche, ce qui entraîna chez elle une certaine forme de claustrophobie. Vinnie et Austin partageaient cet attachement morbide
d’Emily au foyer parental.
Lorsque le nouveau pasteur rendit visite à la famille Dickinson et leur implora de s’agenouiller afin de reconnaître leurs péchés, Emily refusa de se plier à cette exigence, causant ainsi l’indignation de son père. Emily Dickinson était une vraie rebelle placide et quand il s’agissait de conscience, elle devenait tout aussi inflexible que son père.
Toute sa vie durant, elle écrira un poème par jour. Des poèmes d’une immense rigueur et d’une immense dignité. Des méditations profondes tout en retenue sur la mort, la fugacité de la vie et de la beauté, célébrant en même temps cette vie et cette beauté. Elle distillait toute la beauté et toute la terreur du monde par le verbe afin d’aboutir à sa quintessence.
Elle fait partie des plus grands poètes américains, mais aussi du monde. Elle mourut d’une insuffisance rénale en 1886 à l’âge de 56 ans.
Terence Davies
 


 

A propos de la production


LA GENESE
La poésie d’Emily Dickinson est apparue pour la première fois en 2008 dans le film de Terence Davies, OF TIME AND THE CITY, ode poétique à Liverpool, sa ville natale, où il lisait le poème 301.

Je me dis, la terre est brève - -
Et l’angoisse - - absolue - -
Et nombreux - - les blessés,
Mais, qu’importe ?
Je me dis, nous pourrions mourir - -
La meilleure vitalité
Ne peut vaincre la déchéance,
Mais, qu’importe ?
Je me dis qu’au ciel - -
De toute façon, ce sera égal - -
D’après une équation nouvelle - -
Mais qu’importe ?


« Sa poésie est sublime. Elle est pour moi la plus grande poétesse américaine et sa poésie devrait absolument être lue », déclarait Terence.
Accompagné des mêmes producteurs que ceux d’OF TIME AND THE CITY, Roy Boulter et Sol Papadopoulos, il débute l’écriture du film EMILY DICKINSON, A QUIET PASSION en 2012.
« Emily Dickinson fait partie des grands poètes américains », s’enthousiasme Sol. « Quand Terence nous a confié vouloir raconter son histoire, nous étions un peu sceptiques : un film sur la vie d’une recluse aux idées morbides ? Mais ensuite, nous avons reçu le scénario et nous en rions encore. C’est une oeuvre dramatique pleine d’esprit. »

LE CASTING
Pour le rôle d’Emily, il n’y avait qu’une actrice possible dans l’esprit de Terence : « J’ai écrit le scénario avec Cynthia Nixon en tête. J’avais rêvé de cette distribution, mais je n’aurais jamais pu imaginer, ne serait-ce qu’un instant, que mon souhait puisse se réaliser. »
« Dans une vie antérieure, notre producteur Sol a été photographe. Sol a superposé une photographie de Cynthia sur un daguerréotype d’Emily Dickinson. C’était son portrait craché. Je savais qu’elle était l’actrice idéale pour le rôle. »
« Nous l’ignorions avant de l’approcher, mais Cynthia admirait l’oeuvre d’Emily Dickinson. Elle avait grandi avec sa poésie », se souvient Sol. « Elle est parfaite, sa performance est à couper le souffle. »
Passionnée par l’œuvre d’Emily Dickinson, Cynthia Nixon accepte de participer au projet : « Elle a écrit un si grand nombre de poèmes, près de 1800. Elle y révèle son âme la plus profonde. Certains sont très mystiques, d’autres foncièrement tristes, d’autres encore sont tout celaà la fois et à l’occasion, on a même le sentiment qu’elle nous parle directement. J’ai toujours eu une grande affinité avec elle. »
Jennifer Ehle, Keith Carradine et Emma Bell rejoignent le film pour composer la famille Dickinson.
Sol se souvient : « Il a fallu du temps et de l’énergie pour trouver la distribution idéale, mais comme toujours, nous sommes parvenus à un ensemble parfait avec Jennifer Ehle et Keith Carradine qui ont endossé les rôles de la soeur et du frère d’Emily. » On retrouve aussi dans le film des acteurs venus du Royaume-Uni et de la Belgique comme Johdi May, la plus jeune actrice à avoir remporté un Prix d’interprétation à Cannes en 1988 pour son rôle dans UN MONDE A PART de Chris Menges. Elle avait déjà joué dans un film de Terence Davies, CHEZ LES HEUREUX DU MONDE.

L’EQUIPE TECHNIQUE
La majorité des rôles a été confiée à des acteurs que Terence Davies ne connaissait pas, mais pour ce qui était de l’équipe technique, il avait souhaité se retrouver en territoire familier. Puisqu’il avait travaillé avec les producteurs Roy Boulter et Sol Papadopoulos sur OF TIME AND THE CITY et SUNSET SONG, Terence s’est de nouveau tourné vers le binôme d’Hurricane Films pour produire
EMILY DICKINSON, A QUIET PASSION.
Roy et Sol étaient fébriles à l’idée de développer le projet. « Roy et moi avons reçu le scénario un samedi matin », se souvient Sol. « Nous nous sommes dit : « Notre week-end va être triste, nous allons faire un voyage très déprimant en compagnie d’Emily Dickinson ! » Finalement, nous avons tous deux vécu la même expérience : nous avons ri aux larmes.
La justesse du langage, l’esprit des personnages, il fallait qu’Emily soit drôle.
Roy et Sol collaborent alors avec les coproducteurs Peter de Maegd et Tom Hameeuw de Potemkino. « Nos coproducteurs en Belgique ont été les partenaires parfaits de ce qui ne fut en aucun cas une opération aisée. Mais tous les défis que représentait le film ont été relevés dans un esprit de collaboration amicale. »
Terence Davies s’est ensuite tourné vers Florian Hoffmeister, le directeur de la photographie avec qui il avait travaillé sur THE DEEP BLUE SEA en 2011. « J’ai eu la grande chance, dans ma carrière de réalisateur, de travailler avec quelques directeurs de la photographie géniaux dont Florian fait partie, c’est un vrai artiste. »

LE TOURNAGE
En mai 2015, le tournage de EMILY DICKINSON, A QUIET PASSION démarre dans les studios d’AED en Belgique. Afin de restituer l’âme de la demeure d’Emily Dickinson avec le plus d’authenticité possible, l’équipe belge fait revivre l’esprit du Massachusetts de l’époque à Anvers en reconstituant l’intérieur de la demeure des Dickinson.
A propos de l’interprétation d’Emily Dickinson par Cynthia Nixon, Terence déclare : « Nous avons passé une après-midi à réciter tous les poèmes, pour que cela serve de guide car certains plans dépendaient de ces poèmes. Une fois en postproduction, l’agent de Cynthia nous a demandé s’il fallait prévoir une postsynchronisation. J’ai répondu que non, elle les avait lus de manière absolument magnifique. »
En juin, après 6 semaines de tournage en Belgique, les équipes se rendent aux Etats-Unis.
A Amherst, la ville de résidence des Dickinson, ils filment dans le musée Emily Dickinson situé dans l’ancienne demeure d’Emily. Ils ont pu également en profiter pour obtenir des images de la nature préservée du Massachusetts.
La bande originale du film est composée à la fois d’œuvres déjà existantes, de solos de piano et de nouvelles oeuvres orchestrales. C’est Terence qui a choisi personnellement chaque oeuvre. « Au moment de l’écriture du scénario, alors que je l’achevais, je me suis dit qu’il manquait quelque chose. Et là, je me suis souvenu de Charles Ives qui a composé deux œuvres magnifiques, « Decoration Day » et « The Unanswered Question ». Je savais que c’était la musique qu’il fallait pour le film, c’est quelque chose qu’il faut ressentir de manière instinctive. »
Ces deux oeuvres d’Ives sont orchestrales et elles ont été enregistrées en Belgique par des musiciens de l’Orchestre philharmonique de Bruxelles, les solos de piano ont été enregistrés au Royal College de Manchester.
En mars 2016, le film a été présenté en avant-première à la Berlinale.