Genpin

Text Resize

-A +A
téléchargements: 

Avec le Docteur Tadashi YOSHIMURA
Rêalisation et image Naomi KAWASE
Son Nobuyuki KIKUCHI Nobuyuki
Montage Yusuke KANEKO
Musique Pascals, Rocket Matsu
Productrice Yuko NAITO
Production Kumie lnc.
Sous titrage français Catherine Cadou

Genpin

Naomi Kawase
Distribution :: 
Date de sortie :: 
07/11/2012
Japon, 2010, 1h32, DCP tourné en 16 mm

Une maternité au coeur de ra forêt près d'Okazaki au Japon. Les femmes viennent là de tout le pays loin du tumulte et de la tension des villes modernes.
Le Docteur Yoshimura agé de 78 ans y pratique un accompagnement naturel à l'accouchement depuis des décennies. Autour de la question de la vie, un portrait en creux de la condition des femmes japonaises d'aujourd'hui se dessine.

 

message de Naomi Kawase à la Cinémathèque Française

« La mort est toujours avec nous. Il y a des vies qui se terminent à la naissance et des âmes qui meurent avant de naïtre. C'est avec celle pensée gravée en moi, que depuis le printemps, je me suis impliquée dans ce lieu et que je suis venue avec ma caméra. D'après moi, plutôt qu'à votre propre mort, vous commencez à penser à la vie qui continue après la mort. Si vous arrivez, comme moi, à voir les choses sous cel angle, nous pouvons considérer qu'après la fin de noIre vie en tant que nous mémes, cette vie nous dépasse dans un sens plus large qui nous dépasse. »
texte dit par Naomi Kawase dans Genpin.

 

Le titre Genpin dérive des mots de Lao Tzu : " L'esprit de la vallée ne meurt jamais. On l'appelle Genpin la femme mystérieuse. L'esprit de la vallée prend sa source dans une large rivière qui donne naissance à la vie. Comme l'esprit de la valléeles femmes sont la source qui donne naissance à toute vie "

ENTRETIEN AVEC NAOMI KAWASE 

Comment avez-vous connu la clinique du Dr Yoshlmura ?
L’acupuncteur que je vais voir m’a présenté un patient qui voulait voir faire un film sur cette clinique. Mais j’ai toujours voulu faire des films à partir de mes propres idées. Je me suis identifiée aux paroles du Dr Yoshimura dans un livre que le patient m’a donné et j’ai décidé de faire un voyage pour le rencontrer. Je n’ai pas pris ma caméra à la première visite et j’ai partagé un verre avec le Dr Yoshimura. La lumière du soleil sur les champs était belle et j’ai pensé que j’aimerai revenir.

Vous avez tourné entièrement en 16 mm ?
 Je ne voulais pas filmer tout et n’importe quoi. Le 16mm permet de tourner par tranche de 10 minutes pas plus. C’était bien comme ça.


Vous avez gagné la confiance de celles que vous filmezJe me suis d’abord ouverte moi-même et j’ai approché les femmes frontalement. Les femmes enceintes étaient totalement ouvertes à partir du moment où je l’ai été à leur égard.

Maintenant que vous avez fini Genpin, avez-vous des pensées particulières après ce tournage ?
 J’ai le sentiment que nous vivons un temps de transition. Nous ne pouvons pas rejeter les progrès de la civilisation contemporaine et retourner vers le passé. Mais nous ne devons pas oublier la préservation de l’espèce humaine. Quand on pense à la façon dont la vie devrait être, la médecine contemporaine et les méthodes traditionnelles d’accouchement qui croit à la force instinctive des êtres vivants doivent se supporter mutuellement. La clé est à trouver dans ce juste équilibre. J’ai comme une vague idée que ce sera un nouveau thème pour moi.