PLANETE MARKER - Rétrospective en Partenariat avec l'ADRC

Text Resize

-A +A
 

Chris Marker

Souvent qualifié de « cinéaste inclassable », l’auteur commence à se faire connaître par des films de voyage comme Les Statues meurent aussi, documentaire consacré à l’art nègre et pamphlet anticolonial coréalisé avec Alain Resnais et partiellement interdit par la censure jusqu’en 1963, mais aussi Dimanche à Pékin (1956) et Lettre de Sibérie (1957). Ce dernier film amène le critique André Bazin à parler de la naissance d’une forme nouvelle : « l’essai documenté » en insistant sur les liens établis par Marker entre le son et l’image à l’origine d’un nouveau montage non plus vertical dans le déroulement de la pellicule mais horizontal, de la bande son à la bande image. Suivront Description d’un combat (1960) consacré à la naissance de l’Etat d’Israël et Cuba si (1962) qui célèbre le deuxième anniversaire de la Révolution cubaine. (...)
C’est avec Loin du Vietnam que naît la société de production Slon qui deviendra Iskra en 1974. Pendant 10 ans, le cinéaste se consacre à une activité militante dont Le Fond de l’air est rouge (1977) sera le résumé. Film polyphonique sur l’amitié et l’engagement, ce long métrage sera complété par des portraits d’amis proches comme Simone Signoret avec Mémoire pour Simone (1986), Alexandre Medvedkine avec Le Tombeau d’Alexandre (1993) ou Andrei Tarkovski à travers Une Journée d’Andreï Arsenevitch (2000).
Sans soleil (1982) permet à Marker de renouer avec les films de voyage à travers une réflexion sur la mémoire et les nouvelles images que l’on retrouvera dans Level 5 (1996) mais aussi sur le CD-Rom Immemory (1998). Le cinéaste poursuivra cette réflexion sur « Second Life » avec l’exposition virtuelle L’Ouvroir inaugurée en 2008.
Son dernier film, Chats perchés (2004) est un codicille à l’ensemble de son œuvre retrouvant ses grands thèmes sous l’égide du chat, son animal fétiche. Le film est traversé par la figure du cercle qui résume la manière dont l’œuvre est construite comme la vie de Marker faite de hasard et de nécessité.”                                         
Bamchade Pourvali

Films du même auteur valorisés par le Gncr: 
Informations complémentaires: 

en partenariat avec 

PLANETE MARKER - Rétrospective en Partenariat avec l'ADRC

Chris Marker
Distribution :: 
Date de sortie :: 
16/11/2013
9 films - versions restaurées inédites

LE JOLI MAI, LE FOND DE L’AIR EST ROUGE, SANS SOLEIL, LEVEL FIVE, LETTRE DE SIBÉRIE, JUNKOPIA, VIVE LA BALEINE

courts métrages : DIMANCHE À PÉKIN, LA JETÉE

LE JOLI MAI

Le Joli Mai brosse un portrait de Paris et des Parisiens après la signature des Accords d’Evian qui mettent fin à huit ans de guerre en Algérie. Pour saisir ce « premier printemps du temps de paix », le film utilise la technique du « cinéma direct » : caméra légère et son synchrone, inaugurée deux ans plus tôt par Jean Rouch et Edgar Morin avec Chronique d’un Eté (1960) qui avait lancé la polémique du « cinéma-vérité ». Utilisant les mêmes moyens, Le Joli Mai ne renonce pas à sa subjectivité. Ainsi le titre renvoie à Apollinaire. De la même manière, la première partie : Prière sur la Tour Eiffel est un hommage à Jean Giraudoux et la seconde : Le Retour de Fantomas à Louis Feuillade. Si le film repose essentiellement sur des entretiens, la caméra de Pierre Lhomme se montre attentive au moindre détail. Si bien qu’il est possible de parler d’un « ciné-ma vérité » selon l’expression Roger Tailleur.

France - 1962 – 2h16- N&B - VISA 26 489 - Restauration effectuée avec le soutien du CNC et de l’image animée et des Archives françaises du film, supervisée par Pierre Lhomme - Réalisation : Chris Marker et Pierre Lhomme - Récitant : Yves Montand - Librettiste : Catherine Varlin - Musique : Michel Legrand - Son : Antoine Bonfanti,- René Levert - Image : Etienne Becker, Denys Clerval, Pierre Villemain - Production : La Sofra - Distribution : Potemkine Films, La Sofra


 

LE FOND DE L’AIR EST ROUGE

Divisé en deux parties, « les mains fragiles » et « les mains coupées », Le Fond de l’air est rouge retrace dix ans de militantisme de 1967 à 1977. Sous-titré Scènes de la Troisième Guerre mondiale, le film met en perspective différents événements de la guerre du Vietnam à la mort du Che en 1967, de Mai 68 au Printemps de Prague, jusqu’au coup d’Etat militaire au Chili en 1973. À travers ce montage, c’est l’histoire d’un siècle que raconte Marker comme le montre la séquence d’ouverture où les images du Cuirassé Potemkine (1925) d’Eisenstein sont mises en relation avec les manifestations des années 1960- 70. Le film mêle des témoignages personnels à des faits collectifs à travers les voix d’Yves Montand, de Simone Signoret ou de Jorge Semprun. Le Fond de l’air est rouge a été complété par un épilogue en 1993 et fait l’objet de plusieurs montages jusqu’en 2008.
« Les véritables auteurs de ce film sont les innombrables cameramen, preneurs de son, témoins et militants dont le travail s’oppose sans cesse à celui des pouvoirs, qui nous voudraient sans mémoire. »

France - 1977 - N&B - Couleur - VISA 47787 - Version inédite restaurée de 3h - Réalisation : Chris Marker - Musique : Luciano Berio - Son : Chris Marker - Montage : Chris Marker - Avec les voix de : Simone Signoret, François Perier, Yves Montand, Jorge Semprun, François Maspero, Davos Hanich, Sandra Scarnati, Laurence Guvillier, Régis Debray, Chris Marker - Production : Iskra, Dovidis, INA - Distribution : Iskra


 

SANS SOLEIL

A travers les lettres d’un homme à la caméra qui parcourt le monde, Sans soleil s’interroge sur la mémoire et les nouvelles technologies. Du Japon à la Guinée-Bissau, de l’Ile-de-France à San Francisco, le film dresse une « liste de choses qui font battre le coeur ». L’auteur oppose le temps africain au temps asiatique. « L’éloignement des pays répare en quelque sorte la trop grande proximité des temps », peut-on lire en introduction à travers une citation reprise à Racine. L’auteur cherche à placer dans une continuité une image de « bonheur » : celle de trois enfants sur une route en Islande en 1965. Il se souvient d’avoir eu l’idée cette année-là d’un film de science-fiction intitulé Sans soleil qui s’intéressait à l’« homme de l’an 4001 » qui aurait perdu non pas la mémoire mais l’oubli. S’il a renoncé à ce projet, le film que nous voyons (et qui s’appelle aussi Sans soleil) en porte la trace.

France - 1982 - 1h44 - Couleur et N&B - Visa 53055 - Version restaurée avec le soutien du CNC - Scénario et Réalisation : Chris Marker - Bande électro-acoustique : Michel Krasna (Thème de Sans soleil Modeste Moussorgski) - Voix : Florence Delay - Chant : Arielle Dombasle - Montage : Chris Marker - Production : Argos Films - Distribution : Tamasa


 

LEVEL FIVE

Une jeune femme, Laura, cherche à terminer un jeu de stratégie laissé en suspens par l’homme qu’elle aimait sur la bataille d’Okinawa qui d’avril à juin 1945 constitua le dernier épisode de la guerre du Pacifique avant le recours à la bombe atomique à Hiroshima. La jeune femme s’adresse à l’homme disparu par caméra interposée. C’est son journal de bord qui nous est montré. Pour l’assister dans sa recherche, elle fait appel à « Chris, l’as du montage » qui refait le voyage du couple à Okinawa. Pendant ce temps, Laura se rend sur OWL, « le réseau des réseaux » à la recherche de nouvelles informations et fait la connaissance de correspondants cachés derrière des masques. « Semi-documentaire» d’après les termes de Marker, Level Five met en scène l’actrice Catherine Belkhodja et utilise un nombre important d’images n,virtuelles définissant les bases d’un nouveau cinéma. 
« J’ai fait plusieurs autres voyages dans l’île d’Okinawa depuis Sans soleil (fascination personnelle), j’y suis retourné seul avec ma caméra vidéo à plusieurs reprises, toujours dans la perspective de Level Five. »
Chris Marker

France - 1997 - 1h46 Couleur - Version restaurée avec le soutien du CNC - Réalisation : Chris Marker Avec Catherine Belkhodja - Avec la participation de Kenji Tokitsu, Nagisa Oshima,  Ju’nishi, Ushiyama, Shigeaki Kinjo - Images additionnelles : Gérard De Batista, Yves Angelo - Bande sonore et clavier : Michel Krasna - Production : Argos Films - Les Films de l’Astrophore - Distribution : Tamasa


 

LETTRE DE SIBÉRIE

« Je vous écris d’un pays lointain » dit la voix off du film. Grâce à la forme de la lettre, Chris Marker déploie tout un univers personnel pour évoquer cette région reculée de l’URSS. Des actualités imaginaires en noir et blanc à la publicité, en passant par les private jokes, le dessin animé, la chanson ou la leçon de montage, il fait preuve d’une invention permanente qui rejette le discours idéologique autant qu’une objectivité trompeuse qui limiterait l’élan et la diversité qui ont sa préférence.
« Tout en vous écrivant, je suis des yeux la frange d’un petit bois de bouleaux, et je me souviens que le nom de cet arbre, en russe, est un mot d’amour : Biriosinka ». Chris Marker

France - 1958 - 1h01 - Couleur - VOSTF - Visa 20911 Version restaurée avec le soutien du CNC  - Réalisation : Chris Marker - Musique : Pierre Barbaud - Direction d’orchestre : Georges Delerue - Récitant : Georges Rouquier - Directeur de la photographie : Sacha Vierny - Producteur délégué : Anatole Dauman - Production : Argos Films - Distribution : Tamasa


 

JUNKOPIA

Sur la côte californienne près de la Baie de San Francisco, le cinéaste filme des sculptures réalisées à partir de « déchets » par des artistes anonymes. Hommage à un art bricolé, Junkopia apparaît comme une cité abandonnée des hommes tandis qu’au loin se fait entendre la rumeur de la ville avec sa circulation et ses fréquences radio.

France - 1981 - 6’ - Couleur - Visa 54826 - Version restaurée avec le soutien du CNC ,- Réalisation : Chris Marker, Frank Simeone et John Chapman - Effets spéciaux : Manuela Adelman, Tom Luddy, Sara Ström - Voix : Arielle Dombasle - Production : Argos Films - Distribution : Tamasa