Ray & Liz

Text Resize

-A +A

AVEC : Ella Smith, Justin Salinger, Patrick Romer, Deirdre Kelly, Tony Way, Sam Gittins, Joshua Millard-Lloyd

Réalisation Richard Billingham • Scénario Richard Billingham • Image Daniel Landin • Son Joakim Sundström • Montage Tracy Granger • Productrice Jacqui Davies • Production Primitive Film
 

 

Richard Billingham

En 1997, il est le premier lauréat du Deutsche Borse Photography Prize et l’année suivante, la BBC2 diffuse son film Fishtank (47 minutes) produit par Artangel et le cinéaste Adam Curtis. Il a exposé à la Biennale de Venise 2001 et a été nommé pour le Prix Turner la même année.
Il a travaillé sur sa famille proche, sur les animaux des zoos du monde entier et sur le paysage britannique. Son premier long métrage, Ray & Liz, a été tourné dans les Midlands où il a grandi.
Ses œuvres figurent dans de nombreuses collections, notamment au musée d’art moderne de San Francisco, au Metropolitan Museum de New York, au V&A et
aux Tate Galleries de Londres.

FILMOGRAPHIE
Fishtank (1998) - vidéo documentaire – 47 minutes, commissionnée par Artangel et Adam Curtis pour la BBC et diffusé sur la BBC Two (décembre 1998)
Liz Smoking (1998) – court métrage vidéo documentaire
Tony Smoking Backwards (1998) – court métrage vidéo documentaire
Ray in Bed (1999) – court métrage vidéo documentaire
Playstation (1999) – court métrage vidéo documentaire
Ray (2016), écrit et réalisé par Richard Billingham – 30 minutes, 1ere partie d’un long métrage de 3 parties

 

 

Films du même auteur valorisés par le Gncr: 
Informations complémentaires: 

-> Festival du film de Locarno : mention spéciale du jury
-> Toronto TIFF : sélection officielle
-> NYFF New York Film Festival : sélection officielle
-> Batumi International Film Festival : Grand Prix
-> British Independent Film Awards : prix Douglas Hickox (premier film)
-> Lisbon & Estoril Film Festival : mention spéciale du jury – meilleur réalisateur
-> Festival international du film de Thessalonique : prix Golden Alexander
-> Festival européen du film de Seville : Grand Prix du jury
-> Premiers Plans Angers 2019 : compétition européenne
-> Nomination BAFTA 2019 : Outstanding debut by a British writer, director or producer

Ray & Liz

Richard Billingham
Distribution :: 
Date de sortie :: 
10/04/2019
Royaume-Uni - 2019 - 1h47 - format image 4:3 - 16 mm

Banlieue de Birmingham dans les années 80.
Ray, Liz et leurs trois enfants se débrouillent tant bien que mal dans une existence déterminée par des facteurs qu’ils ne maîtrisent pas.
Le photographe et cinéaste Richard Billingham retrace en trois souvenirs et trois époques différentes le quotidien tumultueux de sa famille.

----------------------------

Le premier film du photographe mondialement connu Richard Billingham dresse un portrait à la fois tendre et mordant de ses parents Ray et Liz, sur fond de banlieue anglaise des années Thatcher. Une œuvre percutante, drôle et émouvante.

INVITATION DE LA PROGRAMMATRICE

Ray & Liz est un film dans lequel il faut se laisser glisser. Il est inconfortable d'abord, comme un mauvais lit, dans une chambre sans aération, aux carreaux sales. On ne voit que la misère, un univers étriqué. Même si une pointe de colère et de dégoût le teinte tout du long, le film gagne en douceur quand on plonge dans les souvenirs du réalisateur Richard Billingham. Il décrit avec un amour du détail qui renvoie à son travail de photographe d'une enfance dans la banlieue de Birmingham dans les années 80. Le récit est aussi important ici que les postures des personnages, leurs démarches, l'agencement de l'appartement, la texture de la lumière, un accent, un trait de caractère. Ce travail d'orfèvre se met au service d'un récit renversant de tendresse, de violence, de solitude et d'espoir, qui prend le spectateur petit à petit à la gorge, alors qu'il oublie le glauque de cet univers pour rencontrer des êtres sensibles auquel le réalisateur a su donner une vie profonde et complexe."

Juliette GRIMONT - Cinéma LE GYPTIS et Cinéma LA BALEINE à Marseille


 

RICHARD BILLINGHAM PAR ELIZABETH FULLERTON

Les photos de Richard Billingham représentant son père alcoolique et sa mère, tatouée et colossale, Ray et Liz, furent les stars de l’exposition « Sensation » de la galerie Saatchi à la fin des années 90.
Depuis ses débuts en 1996 à Londres, Billingham a élargi son sujet en y incluant les animaux dans les zoos et les paysages de la campagne anglaise et de pays étrangers, l’Éthiopie et le Pakistan. Plus récemment, il a tourné son objectif sur sa compagne et ses trois enfants – bien loin des scènes dysfonctionnelles de son éducation qui l’ont propulsé vers la gloire. Le dernier projet de l’artiste est de transposer les photographies du début de sa carrière dans une nouvelle forme, un premier long métrage à propos de son enfance intitulé RAY & LIZ. Ayant travaillé pour cela en étroite collaboration avec la productrice Jacqui Davies pendant plus de cinq ans, le film est une méditation sur les thèmes de la solitude, de la négligence et du harcèlement, avec des acteurs qui s’emploient à reconstituer des épisodes traumatiques du passé.
L’une des photographies préférées de Billingham à ses débuts prolifiques montre son père Ray au lit sous les couvertures, une tête de lit formant un halo sur un papier peint à motifs. « C’est assez paisible, comme dans un paysage. Il est un paysage » a déclaré l’artiste, qui se considère lui-même comme un photographe de paysage bien qu’il se soit fait connaître grâce à ses portraits. « Les peintures de Van Gogh et de Degas m’ont beaucoup intéressé. Ils peignent la vie et s’efforcent d’aller vite à l’essentiel », explique Billingham. « Pour peindre Ray en observation directe dans sa chambre, je peignais sur tout ce que je pouvais trouver : du carton, des vieux draps… ».
Bien que certains critiques ont interprété son travail comme voyeuriste ou sensationnel dans sa description de l’ère Thatcher, Billingham insiste sur le fait que sa motivation est de recréer de manière fidèle un monde dont il a été témoin. « En revenant sur les lieux où les événements se sont déroulés, j’aspire à être authentique et à représenter la vie telle qu’elle est. » a-t-il déclaré.
« Pour moi, il s’agit d’expériences vécues. »

Elizabeth Fullerton, écrivaine basée à Londres, est l’auteure d’Artrage! L’histoire de la révolution BritArt, publiée par Thames & amp; Hudson.
Copyright 2018, Art Media ARTNEWS, llc. 110 Greene Street, 2e étage, New York, N.Y. 10012.
Tous les droits sont réservés.
 



ENTRETIEN AVEC LE RÉALISATEUR RICHARD BILLINGHAM

Quel est le lien entre votre série photographique originale « Ray’s a Laugh » et ce film ?
Ces photographies sont une toile de fond. J’avais eu l’idée du film il y a des années lorsque je vivais encore avec Ray. J’imaginais cette situation comme un film. Tout est tiré d’expériences vécues et basé, autant que possible, sur la façon dont je me souviens des choses. Je souhaitais absolument que ça transparaisse dans le film. Le film fait référence à certaines de mes photographies. Même si cela se passe à un moment différent, certains de ces thèmes sont familiers. Tourner ce film était comme remonter dans le temps.

Pourquoi avez-vous commencé à prendre des photos ?
Les photographies étaient un matériau préalable pour mes peintures. Je n’ai utilisé que dix bobines de pellicule en un an. J’étais pauvre alors chaque prise comptait. Si la technologie avait été différente à l’époque, j’aurais probablement filmé des séquences documentaires.

Quand avez-vous développé le scénario du film ?
L’histoire me trottait dans la tête depuis vingt ans mais je n’avais jamais réussi à la mettre par écrit. Après avoir décidé que je travaillerai sur le format d’un film, j’ai rédigé une première version. J’avais à l’esprit l’histoire de mon oncle. Je l’ai écrite en deux heures, dans un train. Je me suis retrouvé à décrire des gestes, un langage corporel, même la façon dont ils pourraient s’asseoir. C’était très clair pour moi. En l’écrivant, j’avais des regards, des attitudes, des sons déjà définis.

Que cela vous a-t-il fait de « remonter le temps » et de travailler sur un film qui était essentiellement des souvenirs adaptés pour le grand écran ? Était-ce étrange ?
Beaucoup de personnes me le demandent. Mais nous étions tellement pressés par le temps et l’argent que nous n’avions pas une minute pour y réfléchir.

Vous vous concentrez méticuleusement sur les gestes, le langage corporel et les moments « physiques ». Qu’est-ce que cela vous apporte en tant que cinéaste ?
Je voulais que les séquences du film avec Ray âgé parlent d’un homme vivant comme un ermite, ignorant l’attention que lui portent les autres. Dans cette idée, un plan de lui en train de prendre un verre et un plan où il allume une cigarette, montés ensemble, peuvent créer beaucoup de sens. Nous n’avions pas de découpage technique ou une liste de plans. Chaque matin, nous arrivions sur le plateau en nous disant : « Cela semble intéressant. Essayons. ». Je sais à quoi ressemblent les choses à travers un objectif. Lorsqu’on fait un gros plan, j’ai conscience que le plus mince mouvement d’un doigt ou un détail de ce type peuvent faire une énorme différence.

Que recherchiez-vous au moment du casting ?
Le casting a pris des siècles. Les acteurs venaient du théâtre, à l’exception de White Dee (Deirdre Reilly), qui venait de la télé-réalité. Patrick Romer, qui joue Ray vieux, une fois en costume, lui ressemblait remarquablement. Je devais lui dire de ne pas jouer. Au lieu de faire trois expressions du visage, je lui disais : « N’en fais qu’une sinon c’est perturbant à l’écran ».Je disais également : « Reste là, ferme les yeux, reste immobile, ne fais rien. » Il m’a répondu : « J’ai fait sept ans à la RADA (Royal Academy of Dramatic Art) pour cela. »

Comment White Dee a-t-elle pris part à l’expérience ?
Nous nous sommes rencontrés dans un Mc Drive. Elle était nerveuse. C’était un risque, mais un risque qui valait la peine d’être pris. Avec des acteurs qui ont peu d’expérience, il faut s’attendre à ce qu’ils se comportent comme ils sont. C’est ce que je recherchais.

Comment décririez-vous votre enfance à quelqu’un qui ne vous connaît pas ? Comment était-ce de grandir ?
Je viens de lire un livre intitulé The Girl With No Name (Ma vie sauvage : l’histoire vraie d’une enfant élevée par les singes, de Marina Chapman, ndlr), qui parle d’une petite fille qui a grandi avec des singes en Colombie. Elle semble en avoir de beaux souvenirs. Quand nous étions dans notre maison mitoyenne, nous vivions dans la rue, sans voiture. J’avais des copains et nous faisions des allers et venues chez les uns et les autres. Je ne pense pas que j’étais très heureux dans l’appartement parce qu’on y était confiné. Il y avait une vue magnifique mais aussi de la pisse et des excréments dans les ascenseurs et chaque centimètre carré de murs était couvert de graffitis racistes. Il y avait un sentiment de menace. Je voulais en sortir le plus vite possible. C’était anxiogène. Je me sentais menacé mais je m’y suis habitué.

Comment vous êtes-vous senti en quittant la maison pour la première fois et en voyant le monde au-delà de Ray et Liz ?
Nous n’avons jamais appris à être ambitieux ou à avoir des perspectives. Les enfants apprennent à poursuivre des buts. Je n’ai jamais vécu cela et ça ne m’a pas aidé. Ça faisait du bien de partir. Je l’ai vu comme quelque chose de positif. J’étais libre. J’étais à l’université et j’y ai rencontré des personnes partageant les mêmes idées.

Les travaux manuels de Liz – ses puzzles et ses objets – jouent un rôle important aussi bien dans les photographies que dans le film. Pouvez-vous évoquer cette partie de sa vie ?
Avec Liz, il n’y a jamais eu de but artistique. Elle plaçait les objets très soigneusement et aimait les travaux manuels, mais il n’y avait aucune signification. Son intention était différente. Elle voulait passer le temps, je suppose. Il était très rare qu’elle achève quoi que ce soit, elle voulait toujours commencer autre chose.

Comment votre travail a-t-il été découvert ?
Julian Germain avait donné une conférence sur son travail photographique dans mon université. J’ai aimé la manière dont il en parlait comme ses propres représentations plutôt que des photographies documentaires. Il en parlait comme un artiste. Je lui ai alors montré certaines de mes photos. Il regardait chaque image en disant : « C’est vraiment génial ! » Puis, il prenait la suivante et disait la même chose. Il les observait d’une manière très picturale à laquelle je me suis senti connecté. Il ne posait pas de questions sur leur contenu. Il voulait parler d’elles sous forme d’images. Et deux ans après avoir obtenu mon diplôme, Julian m’a aidé à me faire connaître.