Le Collectif

Débat au Sénat sur l'avenir de l'exploitation indépendante

Mercredi 5 février 2014 s'est tenu au Sénat un débat public sur l'avenir des cinémas indépendants à la demande de Pierre Laurent, sénateur du groupe Communiste Républicain et Citoyen.

Après avoir édité un « Manifeste pour une exploitation indépendante » en avril dernier qui a été signé par des organismes professionnels et des collectivités territoriales, et après avoir organisé lors du dernier festival de Cannes une première table ronde, nous avons poursuivi notre démarche et sommes allés rencontrer des élus afin de transformer nos revendications en projet de loi. Pour appuyer davantage nos propositions, les élus nous recommandent de faire signer le manifeste par le plus grand nombre de salles de cinéma. Nous vous invitons donc à soutenir notre initiative en signant le Manifeste à l’adresse mail suivante : https://13472.lapetition.be/

Nous mettons d’ores et déjà en place, avec la Ville du Blanc-Mesnil et le soutien de Pierre Laurent, sénateur Front de Gauche,

un colloque sur l’exploitation indépendante au Sénat, le 14 novembre 2013 de 14 h à 18 h.

Sénat - Palais du Luxembourg - 15, rue de Vaugirard 75006 PARIS

Le Colloque se déroulera en deux temps.
Tout d’abord, une table ronde autour de deux questions : 
A quoi servent les salles indépendantes ?
Réguler l'exploitation cinématographique a-t-il encore un sens aujourd'hui ?

Dans un second temps, le colloque se poursuivra par un débat avec la salle sur le “Manifeste pour une exploitation indépendante” et la proposition de loi envisagée. 

Intervenants :
• Namir Abdel Messeeh, réalisateur, ACID ;
• Hervé Bramy, maire-adjoint de la Ville de Blanc-Mesnil ;
• Jean-Michel Lucas, docteur d’Etat ès sciences économiques (pseudo : Doc Kasimir Bisou) ;
• Pierre Laurent, sénateur Front de Gauche ;
• Patrick Le Hyaric, député européen Front de Gauche ;
• Pierre Juquin, homme politique (Europe Ecologie), Président de l’Association du Cinéma Le Rio à Clermont- Ferrand ;
• Serge Regourd, Professeur de Droit à l’Université de Toulouse ;
• Boris Spire, Président du Groupement National des Cinémas de Recherche ;
• Jean-Pierre Thorn, réalisateur, ACID.

Si vous souhaitez participer à ce colloque, nous vous prions de bien vouloir vous inscrire en téléphonant au GNCR : 01 42 82 94 06 ou en nous envoyant un mail à : gncr@gncr.fr

N’oubliez pas de signer la pétition ! C'EST ICI  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Le syndicat des Distributeurs Indépendants Réunis Européens (DIRE) s’associe à la pétition des cinéastes européens contre la libéralisation du secteur audiovisuel dans les négociations commerciales entre l’Europe et les Etats-Unis.

Communiqué de presse « Manifeste pour une exploitation indépendante » Paris, le 18 avril 2013
De nombreuses salles de cinéma indépendantes s'inquiètent des phénomènes de concentration dans le secteur de l'exploitation cinématographique : menace sur la diversité des films proposés, inquiétudes sérieuses sur le devenir de la richesse du parc des salles en France, déséquilibres dans l'accès des œuvres aux salles et donc aux publics. A ce titre, des salles de cinéma indépendantes souhaitent faire part de leurs revendications contenues dans « Le Manifeste pour une exploitation indépendante ». Les organisations signataires souhaitent que ces revendications soient reprises dans un projet de loi à venir.
Ce Manifeste est déjà signé par plus d'une quinzaine d'associations de salles de cinéma, d’organismes professionnels, de collectivités locales impliquées dans la diffusion du cinéma sur le territoire, jugeant préoccupant le devenir des salles indépendantes, qu’elles soient privées, associatives ou publiques.
Nous invitons toute organisation professionnelle d’exploitant ou exploitant qui le désire à nous rejoindre et à signer le Manifeste.
Les organisations signataires en s’associant aux collectivités territoriales souhaitent transformer ces revendications en un projet de loi.

Depuis quelque temps, nous sommes nombreux à nous poser des questions sur le devenir des salles de cinéma indépendantes. Sans aller vers un pessimisme absolu, un certain nombre de sujets appellent, si ce n’est des réponses, au moins une réflexion collective. Nous ressentons le besoin d’évoquer nos situations collectivement, tenter de répondre ensemble à une question simple : que faire ? Doit-on agir collectivement ? Et si nous décidons d’agir, comment ?

Communiqué de presse de l’ensemble des organisations du cinéma (BLIC BLOC ARP UPF SACD)
Le cinéma est-il toujours une pratique culturelle pour le gouvernement français ?
La sortie au cinéma est aujourd’hui la pratique culturelle la plus populaire, plébiscitée par tous nos concitoyens, y compris les plus modestes d’entre eux. Pour autant, le Gouvernement propose aujourd’hui à la représentation nationale de voter une hausse de 3 points de TVA sur les billets achetés par les spectateurs et sur les droits d’auteur, ce qui reviendrait à quasiment doubler en deux ans la TVA sur le prix payé pour entrer en salles.

Le Gouvernement acte ainsi la sortie du cinéma, activité culturelle la plus accessible dans tous les sens du terme, du taux réduit (5%) qui reste pourtant applicable aux autres spectacles : théâtre, ballets, opéra, etc., ainsi qu’au secteur de l’édition littéraire.

En excluant le cinéma du champ culturel, le Gouvernement rompt avec la politique qui, à quelques rares exceptions, a prévalu en France depuis près d’un demi-siècle et qui a permis que la culture, sous toutes ses formes reste à la portée de tous, grâce notamment à une TVA réduite.

En surtaxant la création et le billet de cinéma, le Gouvernement lui confisque son statut culturel et ignore son rôle déterminant en matière d’animation et de lien social dans nos territoires.

En outre, en vidant l’exception culturelle d’une partie de sa substance en France tout en tentant, à raison d’ailleurs, de faire reconnaitre cette exception à Bruxelles, les initiatives du Gouvernement ne manqueront pas d’interroger les partenaires européens sur le sens de nos combats.

Nous apprenons avec inquiétude que la pérennité du Catalogue national des films documentaires n'est aujourd'hui plus assurée, faute de financement.

COLLECTIF NATIONAL DE L’ACTION CULTURELLE
CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE

Le plan de financement de la numérisation des salles de cinéma

Co-fondée par le GNCR (Groupement National des Cinémas de Recherche) et la Ligue de l’enseignement, CINEMASCOP a pour objet de construire une véritable solidarité entre les salles de cinéma indépendantes afin de les accompagner dans toutes leurs démarches liées à la mutation numérique.