Notes et lectures

les 20 ans de la revue "Images documentaires"

Pour célébrer les 20 ans de la revue, il a été demandé aux contributeurs occasionnels ou réguliers de la revue un texte court sur un sujet de leur choix. Liberté leur était donnée d’écrire à propos d’un film ou d’un...

Ouvrage sous la direction de Michaël Bourgatte et de Vincent Thabourey
« Rares sont les ouvrages portant sur l’exploitation cinématographique. La profession d’exploitant - appellation usuelle abhorrée par les professionnels eux-mêmes - représente en effet la branche la plus discrète de la filière cinématographique, qui plus est dans le secteur des films Art et essai. Loin des plateaux et des médias grand public, ils ne se contentent pourtant pas d’exploiter les films, expression pouvant laisser penser qu’ils se contenteraient d’extraire des films un jus purement économique, mais accomplissent pour la plupart d’entre eux un authentique travail d’action culturelle. L’une des premières vertus de cet ouvrage est donc de faire circuler une parole jusqu’à présent trop discrète, rendant compte de manière souvent inattendue, parfois même provocante, de situations contrastées et d’expériences menées dans des salles de cinéma dites « de proximité ». »
Les éditions MkF ouvrent leurs réflexions autour des pratiques et des usages du numérique avec un premier ouvrage, Le Cinéma à l’heure du numérique, Pratiques et Publics, sous la direction de Michaël Bourgatte et de Vincent Thabourey.
Avec le film Avatar de James Cameron, le train du numérique s’est mis en marche dans les salles obscures. Les nouvelles technologies sont désormais omniprésentes. Un processus global de dématérialisation des supports s’est imposé en salle comme à la maison. On enregistre une montée accrue des films pouvant être téléchargés, visionnés en streaming ou consultés sur des supports mobiles aussi divers que des ordinateurs portables, des tablettes ou des smartphones.

À force de miniaturiser les composants, on en est venu à ces minuscules caméras vidéo que l’on tient à la main. Occasion pour l’indépendant de renforcer son autarcie, pour l’industrie de baisser ses coûts de production. Tout le monde est content. C’est une expérience singulière que l’usage de ces machines. Après plusieurs voyages de tournage dans un champ plutôt documentaire, ça fait gamberger. Point de départ.