Portraits de salle

Les “Studio” à Tours

Nous avons rencontré Philippe Perol, le président des Studio à Tours qui a évoqué son combat face aux multiplexes et son engagement dans l’action culturelle.

Bruno Thivillier, directeur du Méliès à Grenoble, nous parle d’une action culturelle qu’il mène depuis de nombreuses années, "un cours de cinéma"

Vous avez, au Méliès, des cours de cinéma. Pouvez-vous nous décrire ce que vous faites ?
Nous avons mis en place un cours de cinéma qui chaque année propose un film par mois le jeudi soir à 20 heures et le mercredi matin à 9 heures. Si nous proposons ces deux horaires, c’est pour toucher des publics différents. A chaque fois, le public assiste à une projection puis à une analyse du film par un spécialiste. Vient ensuite un temps d’échange avec la salle, un temps de discussion autour de la proposition d’analyse filmique. Nous avons 200 inscrits le jeudi soir et 120 personnes le mercredi matin. Nous ne adressons pas au même public sur ces créneaux horaires différents. Le mercredi matin nous recevons nombre de retraités, d’étudiants, et également, via quelques enseignants relais, avec des jeunes du Conservatoire en Région qui suivent la filière « acteur ». Le jeudi soir, nous nous adressons plutôt aux personnes ayant une activité professionnelle, aux curieux, aux cinéphiles qui suivent ces cours depuis de nombreuses années. Nous avons deux intervenants les mercredis matin et un intervenant le jeudi soir. Le cours du jeudi soir est plus « magistral ». Tous les intervenants font une analyse fouillée du film, mais le mercredi matin, la place au débat avec la salle est plus prépondérante. Les intervenants sont tous des universitaires qui ont été ou sont critiques de cinéma. Les films présentés le jeudi soir et le mercredi matin ne sont pas forcément les mêmes. On construit avec les intervenants la programmation sur l’année et chaque intervenant propose ses choix d’intervention. Cette année, le cours porte sur le thème du « Cinéma dans le cinéma ». Les intervenants travaillent sur cette thématique en se demandant comment chaque cinéaste s’est emparé de la question de la représentation en cinéma, de la question du jeu d’acteur… On diffuse par exemple Le silence est d’or de René Clair, La Nuit américaine de François Truffaut, Le Mépris de Jean-Luc Godard, En présence d’un clown de Ingmar Bergman.

Installés à Tours Centre depuis 1963, les cinémas Studio sont le plus important complexe indépendant, non subventionné, de France avec 7 salles classées art et essai. Nous avons appris un projet d’ouverture de 10 nouvelles salles à Tours-Nord. En dehors des Studio, à Tours, CGR compte déjà 8 salles au centre et 12 sur le Sud de la ville (soit un total de 4 198 sièges).
Aux Cinémas Studio, 19 salariés et plus de 50 bénévoles gèrent et animent  une association culturelle et de loisirs au service du public, ainsi qu’une revue mensuelle (26 000 abonnés en 2011), une bibliothèque et une cafétéria. Plus de 200 correspondants diffusent les programmes sur leur lieu de travail. Son objectif principal est de rendre accessible au plus large public possible un cinéma de qualité. Les Studio  se démarquent par une pratique active et constante de diffusion et d’actions culturelles avec
- la programmation d’environ 350 films par an (en version originale sous-titrée pour les films en langue étrangère) reflétant toute la diversité culturelle du cinéma européen et mondial,
- l’organisation de très nombreuses rencontres avec des cinéastes, de débats en partenariat avec d’autres structures culturelles de la ville,
- une politique de prix abordables.

La journée de prévisionnement et le Conseil d'Administration du GNCR du mois de septembre 2012 ont été accueillis en beauté au Cinéma Le Mélies à Grenoble. Le Cinéma Le Mélies : un rêve devenu réalité! Quand le Méliès passe d’une salle unique à trois, on ne peut refréner l'envie de partager la bonne nouvelle, pour les grenoblois, pour toutes les petites salles et pour le cinéma Recherche et Art et Essai.

Déménager un cinéma, c'est Une Odyssée de l'Espace pas comme les autres

Jean-Marc Delacruz est programmateur de l’Omnia République à Rouen, un grand cinéma de 7 écrans, classé art & essai, ayant les trois labels : Recherche & Découverte, Jeune public, Patrimoine et Répertoire.
Pouvez-vous nous présenter votre salle?
L’omnia république est un cinéma de centre ville de Rouen, ville où il y a déjà une forte concurrence (3 multiplexes et une salle Art et essai). Malgré la présence de ces salles, beaucoup de films recherche ne passaient tout simplement pas à Rouen avant la création de l’omnia, il y a deux ans.

Nous avons rencontré Nicolas Mey, directeur de La Salamandre à Morlaix, et Olivier Bitoun, coordinateur de Cinéphare - association de salles en Bretagne - afin d’évoquer leur travail d’exposition des films documentaires.