Film soutenu

On-Gaku : notre rock !

Distribution : Eurozoom

Date de sortie : 01/02/2021

DATE DE SORTIE REPORTÉE //////// Japon - 1h10 - VOST

Une bande de lycéens marginaux menée par Kenji décide de créer un groupe de musique, sans savoir jouer. Le groupe Kobujutsu est né. 

Grand Prix pour un Long-métrage d’Animation – Festival international du film d’animation d’Ottawa, 2019
Prix de la meilleure musique originale, avec le soutien de la SACEM – Festival International du film d’animation d’Annecy 2020

Réalisation KENJI IWAISAWA D’après le manga ONGAKU de HIROYUKI OHASHI • Producteur TETSUAKI MATSUE • Producteurs associés AKIHIRO SAKOTA, GORO TAKEDA • Project Manager HIROMICHI NAKAJIMA• Scénario / Storyboard / Character Design / Direction de l’animation / Direction artistique KENJI IWAISAWA • Montage KENJI IWAISAWA, NORIHISA NAKAMA • Image NORIHISA NAKAMA • Son TAKAAKI YAMAMOTO • Musique TOMOHIKO BANSE, GRANDFUNK , WATARU SAWABE (skirt) • Musiciens en rotoscopie GELLERS HORIZON, YAMASHITA TAKUHAIBIN, WATARU SAWABE (skirt),  AKIHIKO ANDO • Bande originale GALAXIEDEAD, KENSUKE IDE, KAORU NODA, OSHIRIPENPENZ • Chanson thème “PETER IVERS” by the dresscodes (KING RECORDS/EVIL LINE RECORDS) • Une production Rock’n Roll Mountain, Tip Top 

Kenji Iwaisawa

Kenji Iwaisawa est en né en 1981 à Tokyo.
Après le lycée, il étudie auprès du réalisateur Teruo Ishii. Tout en apprenant les techniques de production d’un film en prise de vues
réelles, il s’intéresse aux films d’animation. En 2008 il réalise son premier court-métrage MAN IN THE TUNNEL ALLEY.
Après plusieurs courts-métrages, principa-lement d’animation, il entame en 2012 la production de son premier long-métrage ON GAKU : NOTRE ROCK.

À PROPOS DU FILM ON-GAKU : NOTRE ROCK !

C’est plus de 7 ans de travail en solitaire, plus de 40 000 illustrations, 71 minutes de film entièrement réalisées à la main…
L’idée originale provient du manga culte auto-édité de Hiroyuki Ohashi : ONGAKU.
Réputé impossible à adapter pour le grand écran, ONGAKU est un conte rock’n’roll que beaucoup de musiciens et créateurs connaissent.
Le réalisateur Kenji Iwaisawa a relevé le pari de l’adapter quasiment seul. Il a utilisé le procédé de la rotoscopie, une technique qui consiste à tourner des prises de vue réelles puis à dessiner les contours des figures image par image par-dessus ces prises. Un procédé sans compromis qui a nécessité 7 ans de travail.
Le réalisateur souhaitait réaliser un film « comme jamais vu auparavant ». Cette énergie déployée culmine dans la scène finale de concert, pour laquelle il a fait construire une vraie scène en plein air sur laquelle ont joué de véritables musiciens devant un public. À une époque où la division du travail et la CGI règnent dans l’industrie de l’animation, ON GAKU : NOTRE ROCK! est un film singulier à bien des égards.


Entretien avec Kenji Iwaisawa

Comment avez-vous connu le manga original de Hiroyuki Ohashi et pourquoi en faire un film ?
J’ai connu M. Ôhashi par l’intermédiaire d’un ami commun. Quand j’ai appris qu’il faisait du manga, j’ai commencé à lire ses différentes œuvres que j’ai beaucoup appréciées. Je lui ai d’abord demandé si je pouvais adapter l’un d’entre-eux, Yama, en un court métrage d’animation de 9 minutes. Par la suite, j’ai souhaité faire un long métrage à partir d’On-Gaku.

Comment avez-vous travaillé avec l’auteur, M. Ôhashi ? Quelle était sa place dans la production du film On-Gaku ?
Déjà, nous sommes voisins. Nous habitons à seulement cinq minutes à pied l’un de l’autre ! Même si M. Ôhashi n’était pas directement impliqué dans la réalisation du long métrage, je le consultais souvent. Beaucoup d’éléments du film n’étaient pas dans le manga, mais à chaque fois, j’allais lui demander ce qu’il en pensait. On discutait et il me donnait son avis sur ces nouvelles intégrations.

Il y a un contraste entre le design des personnages, très simple, et les décors, plus élaborés. Comment avez-vous géré ce mélange ? 
Les dessins de l’œuvre originale ont déjà ce trait très simple, sans ajouts superficiels. J’ai voulu respecter cela. Mais sur un long métrage de 70 minutes, si tout est trop épuré, le spectateur risque de s’ennuyer. On s’est donc plus impliqué dans la préparation des décors pour contrebalancer l’aspect rudimentaire des personnages. 

On-Gaku est votre premier long métrage d’animation. Vous avez tout fait – ou presque – par vous-même (storyboard, animation, décors). Pourquoi un tel choix ? 
Au départ, On-Gaku est un projet personnel et il était évident pour moi que j’allais le porter seul. Cependant, il y avait aussi l’aspect financier : c’est très difficile au Japon de trouver de l’argent pour un film comme celui-ci. Je n’avais finalement pas d’autre choix que de le faire par moi-même. 
Je me disais aussi qu’il existait très peu de longs métrages japonais réalisés par une seule personne. Si j’y parvenais à mon tour, cela me permettrait de me démarquer du reste de la production nipponne. Néanmoins, je tiens à souligner que des personnes sont venues m’aider, mais ce n’étaient pas des professionnels. C’étaient des amateurs, parfois sans aucune expérience. Voilà pourquoi cela a pris beaucoup de temps. 

Vous avez travaillé 7 ans sur ce film et réalisé seul près de 40 000 dessins. Comment avez-vous trouvé la force d’aller au bout de ce projet ?
Lorsque j’ai commencé, je dois avouer que je n’imaginais pas que cela prendrait autant de temps. Je ne me serais peut-être pas lancé dans un tel projet si j’en avais eu conscience ! Le déclic est arrivé lorsque j’ai passé la trentaine. J’ai réalisé que je n’avais encore rien fait de majeur dans ma vie professionnelle. Cela m’a un peu perturbé et je n’avais pas envie d’arriver à 40 ans avec le même sentiment. Il fallait absolument que je termine ce film et c’est principalement ce qui m’a motivé. J’avais choisi de le faire seul, sans argent, je devais l’assumer jusqu’au bout. 

En 2018, une campagne de crowdfunding a été lancée pour terminer le film. Elle a permis de récolter 4,1 millions de yens (32 500€). Pourquoi aviez-vous besoin de cet argent ?
Au début, j’ai utilisé mes économies et des personnes de mon entourage m’ont aussi un peu aidé. Mais en 2018, cet argent que j’avais pu mettre de côté était totalement dépensé. J’ai pensé à lancer une campagne de financement participatif et j’ai été demander conseil à M. Ôhashi. Il a trouvé l’idée très bonne et c’est finalement lui qui s’en est entièrement occupé. Cela m’a beaucoup aidé car si j’avais dû m’en charger moi-même, j’aurai dû arrêter de travailler sur la réalisation. 

Combien de personnes vous ont aidé sur la production du film ? Dans quels domaines aviez-vous vraiment besoin d’assistance ?
Si on compte jusqu’à ceux dont la participation fut parfois minime, on a entre 30 et 40 personnes. Parmi eux, une dizaine ont vraiment eu une implication importante. J’avais surtout besoin d’aide sur l’animation et les mouvements des personnages ainsi que la réalisation des décors. 

La plupart n’étaient pas de professionnels de l’animation. Comment les avez-vous dirigés ?
Ce n’était pas facile. Ce long métrage utilise la rotoscopie et j’ai dû commencer par expliquer ce qu’était ce procédé. Heureusement, parmi l’équipe, deux personnes avaient tout de même de l’expérience dans l’animation tandis que d’autres étaient des étudiants qui souhaitaient travailler dans ce domaine. Je me suis donc surtout reposé sur eux, qui transmettaient ensuite les directives aux moins expérimentés. 

La rotoscopie consiste à filmer d’abord en prises de vues réelles chaque plan que l’on devra animer. Pourquoi cette technique ? Était-ce une sorte de garde-fou ?
Je me considère encore comme un amateur dans le domaine de l’animation. Soyons franc, la rotoscopie est un moyen d’aborder plus facilement le processus de l’animation. C’est principalement ce qui a motivé mon choix. Au départ, je viens du cinéma live et j’ai ressenti dans la rotoscopie une façon d’intégrer des éléments du travail en prises de vues réelles. 

La voix de Kenji n’est pas celle d’un acteur. C’est Shintarô Sakamoto qui est guitariste et producteur de musique qui lui prête sa voix. Pourquoi ce choix ?
Au Japon, la voix du personnage principal d’un film est quelque chose d’important. Ici, Kenji parle peu, il est assez taciturne. On a longtemps réfléchi et l’idée est venue de M. Ôhashi. En fait, il connaissait M. Sakamoto. Ils sont amis, il apprécie aussi l’artiste et il avait remarqué que sa voix avait un timbre particulier. De plus, son nom parle au public japonais. En grand professionnel de la musique qu’il est, il s’était bien préparé pour l’enregistrement. Il s’est ainsi déroulé sans aucun problème, même s’il n’avait encore jamais fait cela auparavant. 

Le célèbre chanteur “dandy” Yasuyuki Okamura fait une participation amicale dans le film en étant la voix chantée de Kenji. Comment a-t-il rejoint le projet ? 
Cette scène où Kenji chante brièvement apparaît aussi dans le manga. On ne sait d’ailleurs pas trop s’il chante ou bien s’il crie. Dès l’une des premières réunions autour du projet, j’avais lancé l’idée d’avoir M. Okamura, sans vraiment y croire. Pendant la production, c’est à nouveau M. Ôhashi qui a eu l’occasion de croiser M. Okamura dans le cadre de son travail. Cela nous a rapprochés et il a très gentiment accepté de faire cette voix chantée. 

Le flûte à bec était déjà présente dans la bande sonore de votre court métrage Man in the tunnel alley (2008). Quelle relation entretenez-vous avec cet instrument ?
Déjà, je ne sais jouer d’aucun instrument ! Je n’ai pas expérience en musique et je ne dirais pas que j’ai un attachement particulier à la flûte ! En revanche, j’aime écouter de la musique, notamment du rock des années 1970-80. Je pense que cela se ressent dans la bande originale. J’aime aussi en particulier un groupe qui utilise cet instrument. Enfin, elle figure déjà dans l’œuvre originale. Je me devais de la conserver !

À quelle époque se passe l’histoire du film ? 
Il y avait la volonté de rendre l’époque ambiguë. C’est pour cette raison qu’il n’y a pas de téléphone portable, par exemple. Dans ma tête, on est plutôt au début des années 1990, bien que l’on retrouve certains éléments post-2000. 

Le groupe des garçons de la bande à Kenji est un peu taciturne, ils ne s’expriment pas beaucoup. Est-ce que certains adolescents leur ressemblent dans la société japonaise ? 
Je n’ai pas eu spécialement en tête le comportement des jeunes d’aujourd’hui lors de la réalisation du film. Ce sont trois amis qui n’ont même pas besoin de se parler pour se comprendre, tellement ils sont proches. J’y vois une relation très saine. 

À l’inverse, Aya ne se laisse pas faire. Elle est la seule à tenir tête à Kenji…
C’est un personnage essentiel car elle est en opposition aux trois garçons. En cela, elle permet de faire avancer le récit, sans quoi il ne se passerait pas grand-chose au niveau de la narration. Elle est le lien entre les événements. Ce personnage a évidemment été créé par M. Ôhashi. J’ai l’impression que c’est le genre de fille qu’il appréciait au niveau du caractère : une femme forte qui garde toutefois un côté enfantin et mignon. 

Le film est sorti au Japon au début de l’année 2020. Comment a-t-il été accueilli ?
Ce long métrage d’animation sort tellement des sentiers de la production animée standard japonaise que l’on n’a pas cherché à viser ce public-là. De toute façon, ce n’est pas le genre de chose qu’il attend. En discutant avec le distributeur, on a pensé qu’il serait plus intéressant de parler à un public de musiciens, un peu plus mature. Et ça a plutôt bien fonctionné : on a ainsi vu des gens arriver au cinéma avec leur guitare ! 

Pensez-vous faire partie de cette famille du cinéma d’animation ? Comment vous situez-vous, à titre personnel ? 
Honnêtement, non. C’est le premier long métrage de ma carrière et je l’ai amené ici sans que personne ne m’attende. Je ne sais pas trop si j’appartiens à l’industrie classique du cinéma, ou à celle de l’animation. Je me sens un peu entre les deux et nulle part à la fois !

On-Gaku a reçu un prix dans les deux plus grands festivals d’animation du monde : Grand Prix à Ottawa et Prix de la musique à Annecy. Comment avez-vous vécu ces récompenses ?
Évidemment, j’étais ravi d’avoir reçu ces prix. On s’était justement dit que la seule façon d’offrir de la visibilité à notre projet au Japon, sans avoir le budget en communication d’un film normal, c’était de le présenter à l’étranger. Et d’espérer gagner une récompense ! Le premier prix à Ottawa était une énorme surprise. Forcément, j’avais envie d’y croire, mais en réalité, je m’y attendais pas du tout. Il a ainsi permis de lancer le film au Japon. Le prix à Annecy a ensuite contribué à le faire connaître à l’international. C’était un grand bonheur pour moi !

Vous avez travaillé auparavant dans le cinéma en prises de vues réelles. Qu’est-ce qui vous plaît dans l’animation ?
En effet, j’ai œuvré de nombreuses années dans le milieu du cinéma en prise de vues réelles, soit en tant que technicien ou comme directeur artistique, et j’avais envie de passer à la mise en scène. J’ai eu l’occasion de faire quelques réalisations de films live, mais je n’en étais pas satisfait. Comme j’aime beaucoup dessiner depuis que je suis petit, je me suis d’abord lancé sur un court métrage d’animation. J’ai adopté la technique de la rotoscopie et c’est ainsi qu’est sorti en 2008 Man in the tunnel alley. Je l’ai présenté dans plusieurs petits festivals du Japon. L’accueil fut bon et ça m’a donné envie de poursuivre dans ce domaine.

Souhaitez-vous à présent réaliser un autre film d’animation ?
Je reste attaché à ce mode d’expression. Quand je regarde autour de moi, je trouve qu’il y a très peu de diversité dans l’animation japonaise. C’est pour cette raison que On-Gaku sort du lot, mais je reste persuadé qu’il y a encore d’autres genres à explorer. Alors effectivement, je suis en train de réfléchir à un nouveau projet. Il sera totalement différent de On-Gaku et proposera, j’espère, une nouvelle forme de diversité.