Film soutenu

TÓTEM

Lila Avilés

Distribution : Rezo Films

Date de sortie : 28/05/2024

Mexique, Danemark, France - 1h35 - 1.33 - 5.1

Sol, sept ans, passe la journée chez son grand-père, l’aidant aux préparatifs d’une fête surprise organisée pour son père. Tout au long de la journée, le chaos prend lentement le dessus, fracturant les fondations de la famille. Sol embrassera l’essence du lâcher-prise comme une libération pour l’existence.

Quinzaine des Cinéastes 2023

Naima Senties, Montserrat Marañon, Marisol Gasé, Saori Gurza

Productrice déléguée : Lila Avilés • Productrice étrangère : Tatiana Graullera • Ingénieur du son : Guido Berenblum • Scénariste : Lila Avilés • Coproducteur : Jean-Baptiste Bailly-Maître • Directeurs de la photo : Diego Tenorio, Omar Guzmán • Décors : Nohemi Gonzalez • Auteur de la musique : Thomas Becka • Coproduction : Alpha Violet • Productions étrangères : Paloma Productions, Limerencia Films • Exportation / Vente internationale : Alpha Violet

Lila Avilés

Lila Avilés est une réalisatrice, scénariste et productrice mexicaine indépendante. Elle a fondé sa société Limerencia Films en 2018 et est reconnue pour son premier long métrage La Camarista (The Chambermaid, 2018). Ce film a été choisi pour représenter le Mexique aux Oscars 2020 et aux Goya Awards. Il a été selectionné par plus de soixante festivals dans le monde entier, obtenant un grand nombre de prix internationaux, ainsi qu’un accueil très favorable de la part des critiques. Lila Avilés a reçu pour Tótem le Prix du jury œcuménique, le film étant en compétition à la Berlinale 2023.

Filmographie

2023 TÓTEM
2023 OJO DOS VECES BOCA (court)
2018 LA CAMARISTA
2017 NENA (court)
2016 DÉJA VU (court)


INVITATION DU PROGRAMMATEUR

« Je me presse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer »*

Une fête familiale se prépare, lieu de tant de scénarios prétextes à révélations, déballages et autres règlements de compte, mais rien de tout cela ici. Nous sommes dans un lieu unique, une maison à la présence quasi organique, qui se peuple de plus en plus au fur et à mesure de l’avancée du film. La foule des amis et de la famille s’ajoute ainsi à un décor déjà étouffant, surchargé d’une végétation luxuriante, d’animaux de tous poils et plumes, sans oublier la présence d’esprits que l’on espère bienveillants. Au centre de cet apparent chaos, Sol, une petite fille de sept ans, veut voir son père, enfermé dans sa chambre. Personne ne veut lui parler ni lui expliquer ce qui se trame, pourtant elle a déjà tout compris, la fête est une fête d’adieu.

Pour son second long métrage, après La Camarista, Lila Avilés fait preuve d’une très grande maîtrise. Sous son apparence modeste, le film se révèle d’une très grande ambition formelle et narrative. Totem est un vrai tour de force d’une grande fluidité, facilement accessible, qui n’utilise jamais de ressorts éculés et se permet même parfois des pointes d’humour.

Et, peu à peu, le film se déploie, sa puissance vous emporte sur ses flots inéluctables et vous laisse, à la dernière image, totalement submergé d’émotion.

* Titre tiré d’une citation tirée de « Le Barbier de Séville » de Pierre Augustin Caron de Beaumarchais

Jean-François Pelle , programmateur des cinémas Studio de Tours